Mettre en valeur et protéger l’environnement (2)

MOINS JETER, RECYCLER

  • Récupérer les déchets alimentaires pour les valoriser.
  • Relancer la sensibilisation au tri et installer des bacs à compost collectifs.
  • Soutenir la création d’une ressourcerie pour réparer, apprendre à réparer et réutiliser les objets du quotidien, et d’une bricothèque.

LA TRAME BLEUE

La trame bleue, c’est-à-dire l’ensemble des cours d’eau, est devenue invisible. Elle a été transformée en égouts et canalisée, comme le Rû de Marivel et les sources. Les fontaines ont disparu.

  • Utiliser les eaux souterraines pour retrouver la fraîcheur en les rendant partiellement à l’air
  • Remettre en eau les fontaines de Sèvres.
  • Récupérer les eaux pluviales pour l’arrosage, le nettoyage des rues et les chasses d’eau de tous les équipements publics de la ville.
  • Maîtriser les ruissellements en retenant les eaux pluviales à la parcelle pour que les eaux de pluie rejoignent la nappe phréatique et ne finissent pas dans les égouts.

PRÉSERVER NOTRE VUE ET NOS OREILLES

La pollution lumineuse durant la nuit est omniprésente à Sèvres. Elle est source de gaspillage énergétique et est défavorable à la biodiversité. Nombre de nos concitoyen.nes sont gêné.es par une intensité lumineuse trop importante. Les émissions de bruit doivent être contrôlées et réduites pour une ville apaisée.

  • Diminuer l’intensité de l’éclairage public dans la Vallée.
  • Faire respecter la loi par l’extinction nocturne des bureaux, commerces et publicités de 1 h à 6 heures du matin (pouvoir de police du maire).
  • Combattre la pollution visuelle par un plan très restrictif des affichages publicitaires et une remise à plat des contrats passés avec des afficheurs (interdiction des  panneaux  géants  et de la publicité numérique, limitation du micro-affichage).
  • Compléter la protection anti-bruit manquante le long de la N118.
  • Établir une limitation générale de la vitesse à 30 km/h notamment sur les grands axes pour diminuer le bruit de la circulation.
  • Stopper l’utilisation des souffleurs à feuilles.
  • Entamer un dialogue avec les cafés et restaurants pour établir une charte du bruit, permettant l’activité et le respect du sommeil des riverains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *